microcosmos

le petit peuple de mon jardin sauvage

02 décembre 2008

IMG_1138_

.

.

Posté par microcosmos à 23:20 - Lépidoptères ( papillons...) - Commentaires [22] - Permalien [#]

Commentaires

  • Dûûûr !

    Il passe un sale quart d'heure, là, ce pauvre papillon !

    Posté par Cris, 03 décembre 2008 à 07:49
  • Vaniteuse

    Allez je fais ma vaniteuse.
    Je proclame ici, que l'auteur (l'autrice ???) de cette photo et de ce blog a mis cette photo uniquement pour MOI.. pour ensoleiller mon coeur et mes yeux.

    Bises ma p'tite bulle de soda.

    Posté par Annick, 03 décembre 2008 à 08:47
  • Funeste destin

    Au delà de la tragédie qui se joue sous nos yeux, il ya l'indéniable talent du photographe. Que dis-je, de LA photographe.Je trouve que depuis que tu as ajouté les bonnettes tes photos ont gagnées en force. Le papillon est magnifiquement mis en valeur. Presque comme si par miracle il apparaissait en trois dimensions. J'ai bien cru qu'à un moment il allait battre des ailes pour s'envoler à travers le salon.
    Un corps étranger s'est insinué dans cette image mais combien de tes fidèles vont-ils s'en rendre compte?
    Faut-il avoir l'oeil aiguisé?
    Ou bien encore être un habitué de ces jeux de cache-cache entre créatures minuscules?

    La vaniteuse autant qu' égoïste (oui, oui) Annick devrait changer sa paire de lunettes (qui pourtant lui va à ravir) parce qu' elle semble avoir fait l'impasse sur un détail qui a son importance...

    Sur ce, je l'embrasse elle ainsi que l'autrice (oui, pourquoi pas) de cette merveille...

    ps: inutile de préciser que le com précédent est à effacer

    Posté par Uni_Vert, 03 décembre 2008 à 10:35
  • Uni_Vert

    Et bien oui.. je n'ai vu que le jaune de cette photo.
    Viens faire un tour chez moi et tu comprendras pourquoi !

    Maintenant que tu le dis effectivement je vois autre chose, une ombre brune, une menace peut-être, mais le papillon peut encore s'envoler.

    Et cette ombre est-ce une sauteuse (comme j'en ai eu une dans ma lavande il y a deux étés) auquel cas effectivement c'est dangereux. Mais si c'est une tisseuse il y a de l'espoir que le papillon s'envole !

    Je te boude parce que tu te moques de ma myopie.
    Je te boude fort.
    Na !

    Posté par Annick, 03 décembre 2008 à 16:39
  • Bon c'est une sauteuse et elle a déjà sauté.

    Pauvre Papaillon !

    Je devrais toujours tourner mes mots sept fois dans mes doigts avant de les écrire... C'est comme les mots que je dis.

    En fait je crois que je ferais bien de devenir muette et de ne plus écrire un seul mot pour le restant de mes jours.

    T'es content Uni_Vert ?

    Posté par annick, 03 décembre 2008 à 16:42
  • péril jaune

    Une image qui demande du temps. Les quelques secondes nécessaires pour découvrir que la mort s'habille en jaune.

    ----
    J'aime beaucoup ces photos qui laissent le plaisir de la découverte.

    Posté par yanik, 03 décembre 2008 à 18:33
  • Et non, ce n'est pas une sauteuse, Annick ( pôvre tit brin d'Annick à qui ce n'est vraiment pas la fête aujourd'hui ( )
    Cette araignée est une thomise. Elle a souvent un abdomen triangulaire et des couleurs incroyables qui épousent souvent celles des fleurs sur lesquelles elles se cachent( rose, jaunes, blanches, parfois plusieurs couleurs aussi...).
    On les appelle aussi "araignées crabes" ( je te laisse deviner pourquoi) et elles se contentent d'attendre qu'un insecte gourmand se pose sur une fleur sans la voir et "crac"! : elle mord l'insecte à un endroit sensible, le plus souvent à la tête et son sort est fait !
    La thomise, tout comme les "sauteuses" ne tisse pas de toile et là, t'as tout bon Annick )

    Voilà ma tite Bretonne, c'était la petite minute d'entomologie d'Anna...
    )

    N'empêche : heureusement que tu n'es pas un papillon, Annick : Eblouie par le jaune vif de la fleur, tu aurais droit sauté dans le piège de l'araignée !
    En plus, les papillons ne portent pas de lunettes
    )

    Posté par Anna, 03 décembre 2008 à 18:57
  • oh parfait mimétisme, comment pouvait il savoir ce malheureux papillon...et toi quel oeil ! faut être fouineur pour réaliser une telle prise !! bravo

    Posté par lusyamcoga, 04 décembre 2008 à 11:01
  • Je n'aimerais pas être à sa place! Par contre, j'aurais volontier pris la tienne derrière l'objectif

    Posté par Coralie, 04 décembre 2008 à 11:52
  • Bonsoir,

    Un magnifique travail d'artiste !
    Superbe image !
    Bises et bonne fin de semaine,
    Christian

    Posté par Christian, 04 décembre 2008 à 23:13
  • Subjugué...

    Que de superlatifs dans tous ces commentaires... rajoutons-en alors ))
    Subjugué par la beauté de cette photo, par la force qui se dégage de la profondeur de champ, par le mélange des couleurs (ah! ce jaune, qu'il fait du bien...) et par la netteté du papillon (z'avez vu la "tranche" de l'aile...) bref, ébloui par l'ensemble... j'en avais raté l'arachnide... ben oui nobody is perfect hein !... Sacrée Anna, me faire ça à moi !! ))
    Bref, vous l'aurez compris... remarquable photo (une de plus...)
    Effectivement, pour le papillon, c'est trop tard !! (heureusement que tu avais posté l'Epeire et son carrousel avant... fine guèpe l'Anna...)
    Bref je ne me lasse pas "d'entrer" dans ces photos... T'ai-je déjà demandé ce que tu utilisais comme matos ? ça m'intéresse... )
    Vivement la prochaine...
    Richard

    Posté par richardunord, 05 décembre 2008 à 10:37
  • ♪ SOLEIL ♪

    ¡Comme toujours de superbes couleurs....un peu de noir,d'orange.....et une immense "vague jaune"....!

    ¡Merci Anne ! ♪♪♪♪♪♪.......!

    Posté par Aurore, 07 décembre 2008 à 16:21
  • Vos blogs prouvent qu'il n'y a pas d'ennui chez vous, il me semble. En Picardie, je suis parti pour ne pas côtoyer nos chers insectes pendant plusieurs mois pour cause de froid. Ils ne me privent pas de photos car avec toutes mes catégories il y a de quoi faire!
    Bonne fin de week end. JJ@+

    Posté par CHTI5960, 07 décembre 2008 à 19:23
  • Je suis heureux de constater que...

    ...Ton espace attire toujours plus de monde. Tous apprécient tes œuvres. Tu le mérite. Comme un feuilleton, le plaisir de se rendre ici est toujours emprunt d' une certaine angoisse. Le prochain épisode sera-t-il aussi prenant sinon plus fort que le précédent?
    La réponse est majoritairement OUI

    Gros bisous et bon courage pour cette première journée de travail de la semaine

    Posté par Uni_Vert, 08 décembre 2008 à 08:49
  • Le vendeur de pluriels (extrait)

    Antoine Fémur le sait bien. Ce soir encore il devra dormir seul dans son grand lit d' un mètre quatre-vingt dix sur un mètre quarante. Le vendeur de pluriels ne passera pas. Il faut dire que dans l' immense tour de dix-huit étages du la cité des orteils qui en compte dix au total, il est le seul locataire à vivre seul. Même sa voisine Madame Rotule qui habite au dessus vit avec ses chats annulaire et auriculaire. Aussi loin que l' œil est encore capable d' analyser une image avec précision, dans la froideur de cette nuit d' hiver seule la fenêtre de la cuisine d' Antoine est encore allumée. Les centaines d' autres qui grêlent de leur œil borgne la façade de l' immeuble numéro trois devant lequel passe la rue du pied grec sont éteintes depuis belle lurette. Antoine vit seul donc. C' est depuis qu' il fait cet horrible cauchemar dans lequel il trouve placardé partout sur les murs de son appartement et sur son lieu de travail de petits mots sur lesquels sont inscrits d' odieuses références au célibat qu' il a décidé de changer la donne.
    Il sait bien que lorsque dans les très rares occasions où il se rend au restaurant, quand un serveur lui donne du "vous prendrez bien un peu de vin pour accompagner vos cailles farcies au foie gras", le vous n' est qu' une formule de politesse et non pas la marque de fabrique que l' on accole aux couple lorsque l' on s' adresse à un homme et à celle qui l' accompagne. Autour de lui, toujours les même regards. Il sent presque les rires dans son dos lorsque les gens parlent entre eux pour faire allusion au fait qu' il est seul à table. Un pestiféré, oui, c' est cela qu' il est devenu. Comme un coupable, on le regarde avec méfiance. Il est soit égoïste soit un type pas très clair. On se demande ce qu' il peut bien faire de sa vie, de ses journées et même de ses nuits. Un homme qui vit seul n' a pas de vie sociale, pas d' amis. Ou si peu. La société élimine le célibataire à petit feu. Il n' y a plus de tables pour une personne. Il y a toujours au minimum deux chaises autour de chacune d'elles et le serveur est souvent embêté de devoir en sacrifier une pour l' homme qui vient manger seul.
    Antoine se rassure en pensant qu' il doit être plus dur encore pour une femme de devoir se justifier de vivre seule. Une femme, c' est fait pour avoir des enfants. Comment peut-on être à ce point égoïste pour ne pas avoir envie de porter en soit la vie d' un petit être et ce jusqu' à sa majorité?
    Il aurait une fois de plus aimé la rencontrer cette femme seule. Mais ce soir à nouveau, le vendeur de pluriel en a décidé autrement. Pourquoi se donnerait-il tant de mal à venir affronter le froid du verre et du béton dans une cité endormie lorsqu' il sait que tous sauf un certain fémur vivent en couple. C' est peu rentable. Du moins, c' est ce que semble croire Antoine qui une fois encore va bientôt se lever de la chaise en rosier sur laquelle il repose pour aller se coucher.
    Antoine est collectionneur. De jambes de bois. Il rêve souvent à celle qui ira à sa Cendrillon. Il y en à l' échelle une. Puis d' autres plus petites. En plastique, en bois. En verre même. Mat, transparent, poli ou bien fumé. D' autres encore diffusent une lumière douce comme celle qu' il a trouvée en chinant et qui lui sert de lampe de chevet. Celle dont il est le plus fier, c' est celle qu' un ami lui a rapporté de la morgue et qui a été ôtée à son propriétaire avant de le placer dans la chambre froide.
    Vingt-trois heures et toujours aucun vendeur n' est venu sonner à sa porte.
    Antoine a pourtant déjà tout préparé. Dans la salle de bain, deux serviettes, deux brosses à dents, deux gobelets, un peigne pour lui et une brosse à cheveux pour elle attendent que de son parfum enivrant elle vienne envahir son espace. Ses couverts l' attendent aussi. Il prennent la poussière sur la table de la cuisine. Antoine fait la cuisine pour deux. Lorsqu' il a fini de manger, sa part à elle finit toujours dans un tupperware qu' il stocke dans le réfrigérateur. Il y en a des dizaines à l'intérieur Et même bien plus encore qu' il a du enfermer dans l' immense congélateur qu' il a acheté il y a dix-huit mois. Pour ne pas se retrouver à court de place, il a trouvé la solution : Il prépare des quantités de nourritures plus petites qu' il conditionne alors dans des tupperwares eux aussi plus petits. Le jour où le vendeur de pluriels viendra sonner à sa porte et que sa nouvelle compagne posera les valises, il pourra lui montrer fièrement ce qu' il a entreprit pour elle.
    Antoine est aussi un passionné de cinéma. Mais il n' y va plus. Parce que payer deux places pour n' avoir personne avec qui partager un doux frisson, un rire ou une émotion revient cher. Le plus dur à assumer, c' est lorsque qu' Antoine est obligé de dire à ceux qui veulent s' asseoir à ses cotés que la place est prise. Arrive le moment fatidique ou plus aucune autre n' est libre et qu' il voit s' asseoir à coté de lui un inconnu qui de son regard sévère semble lui dire " Ose ne serait-ce qu' un instant me refuser cette place". Alors Antoine abdique. A quoi bon aller s' enfermer dans une immense salle noire avec des étrangers alors que de chez soit on peut revivre les mêmes sensations qu' au cinéma. Un bel écran de cent vingt-sept centimètres, un kit d' enceintes Klipsch Promedia Ultra 2.0 et le tour et joué.

    Posté par Uni_Vert, 08 décembre 2008 à 08:51
  • BRAVO pour cette photo fantastique!
    J'adore les papillons...ils me parlent beaucoup...

    Posté par Coumarine, 08 décembre 2008 à 09:52
  • (lol)

    Tiens, tiens, les papillons parlent à certains. J'en vois qui portent un entonnoir sur la tête...

    Posté par Uni_Vert, 08 décembre 2008 à 10:11
  • Bonjour, rien de neuf à ce que je vois. Dis donc, toi qui a un oeil d'artiste (sinon tu feras pas de si jolies photos), j'ai changé complètement le graphisme de mes blogs et j'ai besoin d'avis constructifs, surtout sur Imageodrome d'ailleurs : lui j'suis pas vraiment satisfait. Y'a je ne sais quoi qui coince. Bonne soirée

    Posté par Mikael, 08 décembre 2008 à 17:20
  • Superbe gros plan, superbe netteté, superbes couleurs.... donc SUPERBE

    Posté par photophil70, 08 décembre 2008 à 18:51
  • Ben quoi Lolo !

    Oui les papillons parlent à certaines personnes.
    A moi aussi ils parlent beaucoup... la chenille qui se transforme en papillon est une pour moi une métaphore magnifique pleine de sens.

    Demande à Anna.

    On se comprend bien sur ce sujet toutes les deux !

    Posté par Annick, 08 décembre 2008 à 20:33
  • Quelle beauté ! Les 2 grandes ailes forment un coeur, voilà ce que je vois... en te souhaitant un très joyeux Noël !

    Posté par pierre-alex, 23 décembre 2008 à 21:04
  • Netteté, cadrage, que du bon.

    Posté par ManuRaw, 05 juillet 2009 à 19:38

Poster un commentaire